Des référentiels plus précis, plus concrets et plus lisibles

16 sept

Jeudi dernier, la question du « comment enseigner ? » a pris tout son sens lors de la présentation au Gouvernement de la Communauté française de l’Avant-Projet de décret, communément appelé, « Référentiels ».

Je pars de deux constatsPremièrement, quinze ans après le lancement de la réforme des compétences, les enseignants continuent à se poser des questions aussi fondamentales que « que dois-je enseigner ? » ou « que dois-je évaluer ? »Deuxièmement, passer d’un réseau à l’autre, parfois d’une école à l’autre s’est avéré poser certaines difficultés.

Il convenait donc de « modéliser » les référentiels, de fixer un cadre clair pour leur refonte. La réponse se trouvait dans l’élaboration d’une continuité des apprentissages d’une année à l’autre, d’une école à l’autre et d’un réseau à l’autre.

Ces nouveaux référentiels sont le fruit de deux ans de travail et ont pour objectif de réconcilier connaissances et compétences, savoir et savoir-faire. Ils ont été élaborés par des groupes de travail qui n’ont pas hésité à faire appel à des groupes tests d’enseignants.

Pour faciliter la cohérence et la progression des apprentissages, pour faciliter la mise en œuvre par les enseignants, un découpage en unités (UAA) a été proposé de sorte à ce que les référentiels soient plus précisplus concretsplus lisibles en termes de continuité, de finalités et d’acquis des apprentissages.

Le résultat ? Ces nouveaux référentiels :

–       précisent les savoirs incontournables en vue de l’exercice des compétences ;

–       assurent la cohérence, la progression, la planification des apprentissages ;

–       et rendent plus opérationnelle les enseignants la mise en œuvre de la pédagogie sur les compétences.

Les premiers référentiels déposés jeudi dernier au Gouvernement sont :

Pour la section de transition :

–       Compétences terminales et savoirs requis en mathématiques pour les Humanités générales et technologiques ;

–       Compétences terminales et savoirs requis en sciences de base pour les Humanités générales et technologiques ;

–       Compétences terminales et savoirs requis en sciences générales pour les Humanités générales et technologiques ;

Pour la section de qualification :

–       Compétences terminales et savoirs communs en français pour les Humanités professionnelles et techniques ;

–       Compétences terminales et savoirs communs en histoire et géographie pour les Humanités professionnelles et techniques ;

–       Compétences terminales et savoirs communs en sciences humaines, sciences économiques et sociales pour les Humanités professionnelles et techniques ;

–       Compétences terminales et savoirs communs en éducation scientifique pour les Humanités professionnelles et techniques.

Partagez cet article sur Facebook ou Twitter

Bookmark and Share