Quelle place pour les cours philosophiques ? Et le cours de citoyenneté ?

27 mar

Que dit le récent arrêt de la Cour Constitutionnelle (12 mars dernier) concernant la neutralité de l’enseignement ? Il postule que le cours de morale n’est plus un cours neutre, mais un autre cours de conviction. Or, l’école doit offrir la possibilité de choix aux élèves, et la Fédération Wallonie Bruxelles va donc s’atteler à adapter le système actuel de l’enseignement officiel pour y répondre.

Par ailleurs, la DPC (Déclaration de Politique Communautaire) prévoit une ouverture qui me semble intéressante : elle maintient, en effet, une heure de cours de type religion/morale, et prévoit la création d’une heure de citoyenneté. Evitant ainsi de séparer les élèves en trois branches – religion, morale et citoyenneté-, la piste de la DPC permet de les réunir. Cela aura pour effet de valoriser les identités multiples présentes au sein d’une classe. Et de construire un socle de valeurs commun, respectueux de chacun.

Sur ces deux enjeux, j’ai rencontré ce vendredi 27 mars des enseignants verviétois pour un débat à bâtons rompus. Leurs questions sont nombreuses : comment va s’organiser la dispense, y a-t-il un risque de perte d’emploi, quel sera le contenu d’un éventuel cours de citoyenneté ? Si nous y verrons plus clair sur les suites de l’arrêt et les éventuelles dispenses lors de la rentrée 2015, la construction du cours de citoyenneté est un processus plus long que nous n’envisageons pas sans les acteurs de terrain. Je ne manquerai pas de relayer toutes ces interrogations à la Ministre de l’Education.

Partagez cet article sur Facebook ou Twitter

Bookmark and Share