Rapport intermédiaire Expairs – Des pairs comme experts!

26 sept

Ce mercredi, j’ai participé une matinée constructive de rencontre et d’échanges consacrés au projet « Expairs », en présence d’une centaine d’enseignants. Lancé en septembre 2012 à l’initiative de Marie-Dominique Simonet, le dispositif « Expairs » vise à lutter contre l’échec et le décrochage scolaire au sein du 2e degré professionnel. On le sait, l’enseignement professionnel, et singulièrement le 2e degré, concentre plusieurs difficultés : difficultés d’apprentissage, orientations imposées ou manquées, manque de motivation, groupe classe hétérogène…

45 écoles ont été sélectionnées pour participer au projet « Expairs » dans le cadre d’une recherche-action entourée par l’équipe du Professeur Demeuse de l’Université de Mons. La perspective d’« Expairs » dépasse le 2e degré professionnel pour concerner l’ensemble de l’enseignement qualifiant. Je suis convaincue que seuls les acteurs de terrain peuvent trouver, par l’expérimentation de pratiques nouvelles et l’échange, des améliorations et des solutions innovantes pour l’organisation des classes du 2e degré professionnel. Cette démarche collective est un cheminement, un processus d’essais et d’erreurs, et, à ce titre, les écoles engagées dans le projet « Expairs » font œuvre de pionnières.

Le rapport intermédiaire consacré au projet « Expairs » et présenté ce jour au CAF (Centre d’autoformation et de formation continuée) de Tihange retrace cette première année de travail collectif mené au sein des clusters et dans les écoles. Il évalue les performances, les processus mis en œuvre et les perceptions des uns et des autres. On y apprend qu’une majorité significative d’enseignants juge positivement l’apport d’un tel dispositif. J’y vois un signe d’encouragement et la nécessité d’impliquer davantage les équipes enseignantes dans l’évolution du système éducatif. Il ressort également de l’analyse des questionnaires des élèves que ceux-ci sont plutôt satisfaits de leurs apprentissages et renvoient aux enseignants une image positive. Les jeunes sont aussi très conscients d’être partie prenante de leur réussite.

Alors, quelle perspective peut-on donner au processus mis en place par les 45 écoles ?

Les observations de terrain confirment l’importance d’un choix d’orientation professionnelle mieux affirmé et le besoin d’une véritable maturation du jeune par rapport à l’offre des filières techniques et professionnelles. Le projet « Expairs » s’inscrit dans cette optique et valorise les métiers techniques et manuels. Les évolutions importantes dans la définition des profils métiers et des profils de formation (piloté par le Service francophone des Métiers et Qualifications) et la réforme de la Certification par Unités au 3e degré de l’enseignement qualifiant apporteront également des améliorations à l’organisation de ces filières.

Le dispositif « Expairs » fonctionne et constitue une contribution importante à la redéfinition des filières professionnelles. Je suis d’ailleurs certaine de l’impact positif que créera le rapport final de la recherche prévu pour la rentrée prochaine. Fondé sur les évaluations pédagogiques, il est le fruit des expériences de terrain et reflète la façon dont les enseignants s’approprient le projet. Le travail entamé l’an dernier se poursuit cette année encore et constitue, j’en suis convaincue, une réelle plus-value pour la refondation de l’enseignement qualifiant. La volonté sous cette législature est de donner une vraie place aux acteurs de terrain dans l’amélioration du système d’enseignement. La qualité des projets en cours nous donne la volonté de poursuivre et d’intensifier cette politique.

 

Partagez cet article sur Facebook ou Twitter

Bookmark and Share